Priorités de recherche

Le choix de chacune des priorités de recherche sur le cancer du sein s’est appuyé sur une quantité considérable de données, notamment grâce à l’apport des divers intervenants avant et pendant le Sommet national de recherche sur le cancer du sein tenu en 2008. On a également pris en compte les priorités identifiées et assemblées à l’échelle internationale, de même que les projets de recherche actuellement et nouvellement subventionnés au Canada et à l’étranger.

Les priorités de recherche ont été déterminées par suite d’un processus rigoureux de consultation afin d’assurer que chaque percée scientifique profite à la population canadienne et améliore la compétitivité du Canada en matière de recherche sur le cancer sur la scène internationale. Les domaines d’investissement suggérés sont regroupés selon des thèmes généraux et déclinés en priorités individuelles de recherche plus spécifiques.

Les six thèmes de recherche sont :
1. Mécanismes de développement du cancer 4. Progression et propagation du cancer
2. Détection et prédiction à l’échelle moléculaire 5. Aspects psychosociaux, survie et services de santé
3. Médecine personnalisée 6. Application des connaissances à la pratique

Les 17 priorités de recherche à fort impact énumérées ici sont regroupées par catégories CSC* et décrites selon les termes de leur code CSC.

REMARQUE : pour connaître tous les détails, veuillez vous reporter au chapitre 6 du document du Cadre national (actuellement disponible en anglais seulement).

* La Classification scientifique commune est un système utilisé par la plupart des organismes subventionnaires nationaux et internationaux pour classifier et catégoriser la recherche.

13. Interventions de nature psychosociale et liées à la survie (voir le code CSC 6.1)

La recherche relative à la survie couvre plusieurs domaines scientifiques tels que la recherche biomédicale fondamentale (ex. : pour comprendre les mécanismes sous-jacents au développement d’effets secondaires à long terme de certaines techniques de traitement); la recherche clinique (ex. : tests en vue de réduire les effets secondaires à long terme des interventions; initiatives en matière de services de santé pour améliorer la qualité des soins aux survivants; essais aléatoires pour enrichir le corpus de données probantes sur les soins de suivi durant la survie); et études sur la population (ex. : pour comprendre comment les interventions de santé publique visant à améliorer le mode de vie peuvent influencer la situation des survivants du cancer).

La recherche en matière de qualité de vie pourrait mener à de nouvelles interventions permettant de garantir un mieux-être aux personnes atteintes de cancer du sein tout au long de l’évolution de la maladie et de favoriser l’adaptation psychologique au diagnostic de cancer du sein ainsi qu’aux effets du traitement.